27 janvier 2016 | Local,

La Royal Aeronautical Society honore M. Jean Larouche du CQFA

hicoutimi, le 25 janvier 2016. - Le Cégep de Chicoutimi salue le directeur de la recherche et du développement au Centre québécois de formation en aéronautique (CQFA), monsieur Jean LaRoche, qui sera honoré aujourd’hui par la Royal Aeronautical Society (RAeS). On lui attribuera le grade de Fellow pour souligner sa contribution exceptionnelle à l’avancement de l’aéronautique, particulièrement dans le domaine de l’enseignement.
Fondée en 1866 à Londres et patronnée par Sa Majesté la Reine d’Angleterre, la Royal Aeronautical Society est une société savante regroupant des experts aéronautiques provenant d’un peu partout dans le monde dont les recherches et les travaux font avancer l’aviation et le domaine aérospatial. Elle est notamment la gardienne des standards professionnels des disciplines aéronautiques, telles que le génie aérospatial, la médecine de l’air, la compréhension des facteurs humains et l’éducation. Diplômé du CQFA en 1984, Jean LaRoche a été au départ instructeur de vol puis pilote dans l’Arctique canadien pour la compagnie Air Inuit, avant de joindre Air Canada. Impliqué au département de formation à Air Canada et au CQFA, il a enseigné la Gestion des ressources du poste de pilotage et les facteurs humains. Il est certifié par Transports Canada pour former les pilotes vérificateurs agrées canadiens.

En compagnie d’un psychologue américain, Jean LaRoche a développé un test d’évaluation psychologique de conscience de la situation baptisé WOMBAT. Ce test est aujourd’hui utilisé dans 46 pays par des académies aéronautiques, des lignes aériennes et des forces armées. « C’est un immense honneur que de voir l’un des nôtres reconnu par ses pairs, mentionne la directrice générale du Cégep de Chicoutimi, madame Denyse Banchet. Monsieur LaRoche est un atout de taille pour notre organisation. Il nous permet de rayonner partout à travers le monde. » En effet, monsieur LaRoche coordonne une équipe de 24 professeurs d’origines diverses qui enseignent aux quatre coins de la planète pour le CQFA. Il développe présentement des projets en Afrique et en Chine.
Jean LaRoche développe toujours de nouveaux types d’enseignement liés au monde de l’aéronautique. Il vient d’ailleurs de concevoir la première formation professionnelle de pilote de drones civils au Canada.

Sur le même sujet

  • L’École de technologie supérieure remporte les honneurs lors de la 11e édition de la compétition étudiante canadienne de drones

    6 mai 2019

    L’École de technologie supérieure remporte les honneurs lors de la 11e édition de la compétition étudiante canadienne de drones

    L’équipe Dronolab de l’École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal  est sortie grande gagnante lors de la 11e édition de la compétition étudiante canadienne de drones qui se déroulait ce week-end au Centre d’excellence sur les drones d’Alma. Scénario 2019 Cette année, 14 équipes universitaires de partout au Canada ont relevé le défi. La mission simulée du concours consistait à fournir un soutien à une entreprise de services publics après qu’une tempête de vent ait causé des dommages dans un parc de panneaux solaires. Les équipes devaient identifier les panneaux solaires endommagés, en plus de localiser les dommages majeurs, identifier les modifications à apporter et effectuer une inspection par marqueur sur les cellules critiques des panneaux endommagés. Une étape difficile puisque les systèmes ne devaient ni se poser sur les panneaux, ni les toucher. «La simulation était très intéressante puisque les compagnies d’électricité sollicitent régulièrement le drone pour effectuer les inspections obligatoires», explique le directeur général du Centre d’excellence sur les drones, Monsieur Marc Moffatt. Celui-ci ajoute que pour une deuxième année consécutive, la tâche demandait aussi au drone de voler en simulant une visibilité au-delà de la ligne de visée visuelle (BVLOS), en prévision de la future réglementation. Cette étape, qui constituait la phase 2 du concours, a été précédée par la rédaction et la présentation d’un rapport plus tôt en janvier: Gagnants phase 1 (Cette année, les 3 récipiendaires sont des universités québécoises): Université de Sherbrooke: Bourse de 3000$ École de technologie supérieure: Bourse de 2000$ Université McGill: Bourse de 1000$ Gagnants phase 2: École de technologie supérieure: Bourse de 5000$ Université McGill: Bourse de 4000$ Carleton University (Ottawa): Bourse de 3000$ Des prix reconnaissant l’innovation, la persévérance et un esprit de compétition sain ont également été remis. Prix Innovation: Université Carleton – Team Blackbird L’équipe a déployé un drone à voilure fixe pour servir de relais de signalisation à un second drone qui effectuait les tâches. Prix commémoratif Pip Rudkin pour la persévérance: Université du Manitoba – UMUAS Le drone de cette équipe de première année de Winnipeg a subi un écrasement phénoménal qui a causé des dommages importants à l’appareil. Après un aller-retour à Québec en pleine compétition pour acheter des pièces de rechange, l’équipe a réussi à le reconstruire, mais n’a malheureusement pas réussi à le faire voler. Prix des juges pour le professionnalisme: Université McGill – Drones Aero McGill L’équipe s’est conformée aux normes professionnelles et a démontré d’excellentes compétences en communication. Celle-ci a élaboré un plan pour chaque étape et a effectué un examen attentif des exigences en matière de notation. L’amélioration au cours des nombreuses années auxquelles McGill a participé a également été notée. Des prix en argent de plus de 20 000$ ont été attribués aux gagnants des phases 1 et 2 lors du banquet de remise des prix qui a eu lieu hier soir au Centre de villégiature Dam-en-Terre. La compétition, qui se tient à Alma aux 2 ans, sera techniquement de retour en 2021.

  • Fly-n-Sense devient membre et s'installe au Centre d'excellence sur les drones

    6 novembre 2014

    Fly-n-Sense devient membre et s'installe au Centre d'excellence sur les drones

    Annoncées plus tôt aujourd’hui à l’occasion de la Conférence annuelle de Systèmes Télécommandés Canada qui se déroule présentement à Montréal, ces développements s’inscrivent dans le cadre de l’entente commerciale signée entre les deux (2) parties lors du Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace Paris Le Bourget, en juin 2013. Par cette entente, l’entreprise française s’est engagée à adhérer au CED et à s’établir au Canada, alors que le Centre d’excellence sur les drones a confirmé son engagement à soutenir la distribution et la mise en place de moyens de fabrication et d’assemblage des systèmes STaFF de Fly-n-Sense à travers le marché canadien, notamment pour le service de prévention des incendies des municipalités régionales de comité (MRC) du Québec.   «L’adhésion de Fly-n-Sense au Centre d’excellence sur les drones et notre implantation en sol canadien constituent un véritable tremplin pour le développement de notre entreprise à l’international. Nous sommes déjà en discussion avec quelques compagnies en lien avec le CED pour d’éventuels partenariats, ce qui nous laisse aucun doute sur les innombrables possibilités d’affaires offertes au Québec et au Canada», commente le président de Fly-n-Sense, M. Christophe Mazel. De son côté, le président du Centre d’excellence sur les drones, M. Pascal Pilote, ajoute que l’adhésion de Fly-n-Sense apportera de nombreux atouts nouveaux pour le CED, notamment en termes de visibilité à l’étranger: «Le CED multiplie sa présence à l’international pour se faire connaître. En adhérant au Centre, Fly-n-Sense a donné le coup d’envoi à d’autres compagnies françaises qui manifestaient un intérêt pour notre organisation, et d’autres belles nouvelles devraient être annoncées très bientôt», a-t-il avancé. Le système STaFF STaFF est un système mettant en oeuvre des drones compacts et une suite logiciel de traitement d’images en temps réel permettant de reporter immédiatement le contour du front de flamme sur une cartographie avant et pendant une intervention. STaFF contribue à diminuer le délai de maîtrise du feu et permet d’économiser sur le coût, tout en limitant le risque humain. L’appareil constitue un atout majeur dans plusieurs domaines, notamment pour la préservation des forêts.   À propos de Fly-n-Sense Fly-n-Sense est une jeune entreprise française qui conçoit, fabrique et commercialise des systèmes de drones adaptés aux secteurs de la sécurité, de l’industrie, de l’agriculture et de l’environnement. Les produits, reconnus comme des solutions drones de référence, sont certifiés par la direction générale de l’Aviation civile (DGAC), organisme gouvernemental français qui définit la réglementation aéronautique. Pour en apprendre davantage sur Fly-n-Sense, rendez-vous au www.fly-n-sense.com

  • Un pacte prometteur pour l'avenir

    30 avril 2013

    Un pacte prometteur pour l'avenir

    (Alma) Le Centre d'excellence sur les drones d'Alma (CED) s'associe à Bordeaux Technowest - Aeroparc, le plus grand parc technologique français dédié à l'aéronautique. Le pacte s'est matérialisé mercredi, à Montréal, en marge de l'événement Aéromart 2013 qui regroupe les constructeurs, fournisseurs et autres équipementiers évoluant dans le monde de l'aéronautique à l'échelle internationale. Essentiellement, le protocole d'entente unissant le CED et l'Aeroparc prévoit que les deux entités coopèrent à la réalisation d'activités techniques, scientifiques, d'ingénierie, de tests et d'évaluation. Chacune conservera cependant sa souveraineté pleine et entière. Pour Alma, cette union se veut un pas de plus vers l'objectif de devenir la référence nord-américaine en matière de technologie des drones. Président du CED, le conseiller municipal Pascal Pilote souligne en ce sens que son organisation pousse présentement très fort afin de faire reconnaître les appareils sans pilote par les autorités gouvernementales canadiennes. Bordeaux Tchnowest - Aeroparc effectue des démarches similaires en France. «L'idée est de partager nos connaissances, notre expertise, pour faire avancer l'industrie. Nous voulons tous la même chose, soit que la réglementation soit adaptée en fonction des drones.» L'entente de mercredi a été scellée par les maires d'Alma et de Mérignac, Marc Asselin et Michel Ste-Marie respectivement. «Le CED continue de se positionner comme leader dans l'industrie en engageant des partenariats comme celui-ci avec des centres d'autres pays. Les retombées ne peuvent qu'être positives pour tous les acteurs impliqués», a exprimé le maire Asselin, via un communiqué. ‍

Toutes les nouvelles