12 juillet 2017 | Local, Secteur Urbain, Secteur Industriel, Secteur Agricole

Le permier COAS conforme est attribué à une compagnie québécoise

Le premier COAS conforme a été délivré par Transports Canada à une compagnie québécoise. Le 17 novembre 2017, la firme Arpentage Parleciel de New Richmond en Gaspésie a reçu le premier Certificat d’opérations aériennes spécialisées pour exploitant conforme. Ce type de COAS, plus permissif que les types complexes et limités, permet à la compagnie d’opérer sur presque tout le territoire canadien sans avoir à fournir d’avis de vol à Transports Canada. Arpentage Parleciel est une des premières compagnies, sinon la première, à obtenir un COAS conforme valide dans toutes les provinces et territoires du Canada. Afin d’obtenir ce certificat, la compagnie a atteint les critères de conformité sur trois volets: l’appareil, les pilotes et les manuels et procédures.

Au niveau de l’appareil, Arpentage Parleciel a choisi le Infinitejib Surveyor 630. Cet appareil conçu en Ontario pour l’acquisition de données techniques figure sur la liste des véhicules aériens non habités conformes depuis mai 2016. Ses 6 moteurs disposés en configuration en "Y" lui permettent de soulever des charges allant jusqu’à 4 kg dans des conditions de vents pouvant souffler en rafale jusqu’à 80 km/h. La grande stabilité du Surveyor 630 en fait un bon candidat pour les opérations d’arpentage.

Question formation, tous les pilotes de la compagnie ont suivi les formations offertes par Spectral Aviation. Basées sur la publication TP15263 de Transports Canada, ces formations ont permis aux employés d’Arpentage Parleciel d’obtenir le niveau de connaissance requis pour satisfaire les critères de qualification et d’en convaincre l’organisme d’aviation civile canadienne.

Concernant la mise sur pied des procédures, l’entreprise gaspésienne a fait, dès le départ, appel à l’expertise de l’équipe de Spectral Aviation afin de les conseiller et les épauler dans l’élaboration d’un manuel contenant des procédures qui répondent aux critères d’un exploitant de petits UAV conformes. Ces critères étant énoncés dans l’IP 623-001 de Transports Canada. Arpentage Parleciel a conséquemment opéré pendant plusieurs années sous les conditions de COAS complexes et ainsi démontré leur haut degré de professionnalisme et leur aptitude à effectuer des opérations sécuritaires.

Contrairement aux incidents récents, lors desquels des UAV ont effectué des manœuvres dangereuses près d’aéronefs habités, il est rassurant de voir de plus en plus de compagnies soucieuses de s’intégrer de manière sécuritaire dans l’espace aérien canadien. Il est aussi agréable de voir que ces compagnies visant la conformité se verront accorder plus de libertés de la part de Transports Canada.

Par Mathieu Boulianne,

Directeur général, Spectral Aviation

Sur le même sujet

  • Compétition étudiante canadienne de drones 2017

    12 janvier 2017

    Compétition étudiante canadienne de drones 2017

    Waterloo Aerial Robotics Group (WARG) : Université de Waterloo Team GUARDIAN - Université Simon Fraser Blackbird UAV - Université Carleton Dronolab - École de technologie supérieure UVic Aero - Université de Victoria Université de Toronto - AeRO VAMUdeS, Université de Sherbrooke UAV Concordia, Université de Concordia Team Smart Bird, Polytechnique de Montréal Team CCAT, College de Toronto Université Ryerson Aero McGill Drones, Université McGill de Montréal Université de la Colombie-Britannique Université de Calgary Université du Nouveau-Brunswick Dronemanic Uwin, Université de Windsor Le format de la compétition est conçu pour être un défi égal pour les aéronefs à voilure fixe ou tournante. Scénario: La compétition se déroule en deux phases; Phase I est un rapport de conception à remettre le 13 janvier 2017 et Phase II une démonstration opérationnelle du 28 au 30 avril 2017 à Alma, Québec. Les équipes seront notées sur la qualité et l'intégralité de leur rapport sur la conception et les résultats des démonstrations - il y aura des prix distincts pour chaque phase. Objectif du concours L’objectif est de développer et promouvoir l’expertise et l’expérience canadienne en matière de technologie des systèmes télépilotés au niveau des universités et des collèges. Même à petite échelle, les véhicules télépilotés sont des systèmes complexes nécessitant une approche et une conception bien planifiées et exécutées. De plus, la sécurité est un facteur important dans cette compétition comme dans tout autre projet de conception de véhicule. Admissibilité Les compétiteurs doivent être inscrits à temps plein dans une université canadienne ou un collège canadien. Les équipes peuvent être organisées à l’interne à la discrétion des membres. Site web et courriel de la compétition Tous les documents de compétition et les informations pertinentes sont sur le site web de la compétition (www.unmannedsystems.ca). Veuillez consulter le site web régulièrement pour les mises à jour. Toutes les questions peuvent être adressées à competition@unmannedsystems.ca. ‍ Soumission papier: 13 janvier 2017. Démonstration de vol: 28 au 30 avril 2017, Alma (Québec).

  • Le Centre d’excellence sur les drones maximise les contacts avec ses partenaires et experts

    5 février 2015

    Le Centre d’excellence sur les drones maximise les contacts avec ses partenaires et experts

    Partenariat Aujourd'hui et demain, au Complexe Jacques-Gagnon d'Alma, le Centre d’excellence sur les drones débute une nouvelle activité soit la première édition des Ateliers de travail. Plus de 70 membres, partenaires et experts du domaine du drone tels que chercheurs, grands utilisateurs et acteurs réglementaires y seront présents. L’événement, qui se déroule sur deux jours, est dédié à la structuration des actions du Centre d’excellence sur les drones, à son positionnement et à l’affirmation de son leadership et de celui de ses membres. Le CED accueillera donc ses membres ainsi que plusieurs experts du domaine à cette importante rencontre dédiée à la réflexion et la prise d’action pour le développement de l’industrie du drone commercial et civil au Québec et au Canada. « L'objectif est de permettre à nos 18 partenaire de mieux se connaître et de présenter ce qu'ils sont en mesure d'offrir aux autres partenaires, mais également aux futurs utilisateurs de la grande entreprise ou des services », explique dans un premier temps Marc Moffat, directeur général du CED. ‍ ‍Ateliers ‍Durant les ateliers de travail, membres et experts invités pourront en apprendre davantage sur les nombreuses applications du drone (foresterie, agriculture, mines, etc.). Ils pourront aussi échanger sur les questions liées à la réglementation et sur l’innovation nécessaire à l’intégration des drones commerciaux dans les espaces aériens. Ce sera de plus l’occasion pour discuter des secteurs d’innovation les plus porteurs et des différents types de senseurs à développer pour les drones.« Nous prévoyons mettre sur pied des chantiers de travail pour aider à la progression d’une stratégie québécoise et canadienne de développement de l’industrie du drone. Le Centre d’excellence sur les drones travaille constamment sur la représentation auprès des gouvernements et sur la promotion de projets en partenariat entre nos membres, et cette activité permettra d’identifier les bases de travail de notre communauté pour les prochaines années », ajoute pour sa part Pascal Pilote, président du CED. Naturellement, ce dernier est très heureux de la tenue de l’événement, qui promet d’être un franc succès et qui permettra la mise sur pied d’activités de réflexion récurrentes :Le directeur général du CED, Marc Moffatt affirme également qu’il y a une très grande demande de l’industrie afin d’intégrer les drones dans les opérations ainsi qu’un grand intérêt pour ce genre d’évènement qui permet d’informer les futurs utilisateurs. Il tient de plus à remercier les commanditaires de l’évènement, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, les Caisses populaires Desjardins d’Alma ainsi que la Ville d’Alma.

  • Marc Moffatt nommé directeur général du CED

    24 juillet 2014

    Marc Moffatt nommé directeur général du CED

    Publié le 24 juillet 2014 Sylvain Duchesne, directeur régional à la Banque Nationale, et Marc-André Doyon, directeur général du Centre d'innovation sur la nutrition et les aliments du Québec, deviendront respectivement les nouveaux directeurs général et du développement de la ville d'Alma. Les élus ont précipité, hier matin, ces deux nominations dans une séance publique qui s'est déroulée à l'abri de bien des regards. En effet, la convocation pour cette assemblée a été envoyée environ 20 minutes avant sa tenue. La semaine dernière, la direction des communications de la ville avait pourtant confirmé qu'une de ces décisions allait être entérinée le 4 août prochain, en séance du conseil. Joint hier, le maire d'Alma a admis que la séance extraordinaire d'hier matin a été organisée à la dernière minute. On se devait d'annoncer rapidement ces nominations avant que la machine à rumeurs ne s'emballe. Les gens qui ont été choisis ont un emploi en ce moment. On voulait donc éviter la spéculation. D'ailleurs, lors des rencontres avec les candidats, on leur offrait de sortir par la porte arrière. Car on le sait, dans une ville comme la nôtre, les informations peuvent circuler très vite», pointe Marc Asselin, qui est sorti de ses vacances pour officialiser ces nominations. Sylvain Duchesne occupe le poste de directeur bancaire régional pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Côte-Nord depuis novembre 2012. Il détient un baccalauréat en mathématiques actuarielles de l'Université de Montréal. M. Duchesne remplacera Guy Simard qui est à l'emploi de la municipalité depuis plus de 35 ans. Ce dernier prendra sa retraite à la fin de l'année 2014 et consacrera les prochains mois à la formation de son remplaçant. Quant à la direction du développement, Marc-André Doyon entrera en poste au début du mois de septembre. Il possède plus de 18 ans d'expérience, dont 13 ans en gestion d'organismes publics ou parapublics. Il est notamment détenteur d'une maîtrise en administration des affaires de l'Université du Québec à Montréal. Le poste est libre depuis le départ d'Éric Dufour, maintenant attaché politique du premier ministre Philippe Couillard. Ce sont des gens très compétents. M. Duchesne connaît notre structure. Il est d'ailleurs consultant externe sur le comité des fonds de pension à la ville. M. Doyon connaît bien les rouages des gouvernements supérieurs. Ce qui sera utile dans nos demandes à Québec et Ottawa», laisse entendre le maire d'Alma. Centre d'excellence sur les drones Lors de la séance d'hier, le conseil municipal a également nommé Marc Moffatt à titre de directeur général du Centre d'excellence sur les drones (CED). Ce dernier était déjà à l'emploi en tant que gestionnaires du CED depuis 2012. Mais maintenant, son salaire sera pigé à même le budget de la ville. Il devra prioriser le centre d'excellence des drones. Mais il pourra également répondre à des demandes de la ville. On a des dossiers qui sont de plus en plus complexes et qui nécessitent une expertise particulière. Cette nomination permet d'élargir son mandat et de garantir un support constant à la ville, explique le maire d'Alma. La ville payait déjà en quelque sorte le salaire de M. Moffatt, étant donné que l'aéroport d'Alma est soutenu par la municipalité. Cette nomination engendra toutefois des coûts supplémentaires, en raison de nouveaux bénéfices marginaux.

Toutes les nouvelles