15 juillet 2019 | Local, Sûreté, Sécurité, Secteur Urbain, Secteur Industriel, Secteur Agricole

1,6 M$ accordés pour l’implantation d’un centre de préqualification de systèmes de drones à Alma

1,6 M$ accordés pour l’implantation d’un centre de préqualification de systèmes de drones à Alma

Alma, le 15 juillet 2019. – Les gouvernements du Canada et du Québec attribuent des aides financières totalisant 1,6 million de dollars au Centre d’excellence sur les drones (CED) pour appuyer l’implantation du Centre de préqualification Qualia à Alma, dans la région du Saguenay–Lac?Saint?Jean.

Ce projet, évalué à 2,4 millions de dollars, permettra aux entreprises du secteur des drones civils et commerciaux de valider, en situation réelle, leurs produits et services ainsi que les résultats des activités de recherche et de développement qui sont associées à la conception des systèmes de drones.

L’aide financière comprend une contribution non remboursable de 800 000 $ accordé par le gouvernement du Canada en vertu du programme Croissance économique régionale par l’innovation de Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC). L’attribution d’une contribution financière de 800 000 $ du gouvernement du Québec, par l’entremise du Programme de soutien aux organismes de recherche et d’innovation, est également confirmée. Soulignons que l’appui du gouvernement du Québec rejoint l’objectif de la Stratégie québécoise de l’aérospatiale 2016?2026 visant à développer le secteur des drones et ses applications civiles.

Le député de Lac?Saint?Jean et secrétaire parlementaire de la ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations, M. Richard Hébert, au nom du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique et ministre responsable de DEC, l’honorable Navdeep Bains, et le député de Lac?Saint?Jean et adjoint parlementaire du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, M. Éric Girard, au nom du ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière, M. Pierre Fitzgibbon, en ont fait l’annonce aujourd’hui.

 

Citations :

« Le secteur RPAS (drone) est en pleine expansion au Québec. En mettant en place un site où les entreprises du secteur RPAS pourront tester  leurs nouveaux produits de manière optimale, le CED soutient les entreprises dans leur volonté de croissance. Il répond directement à la nécessité créer des synergies entre des entreprises du secteur aérospatial afin de mettre en place des démonstrateurs opérationnels et commercialiser de nouveaux produits. L’initiative StartAéro 360°, que nous avons lancée en 2018, vise justement à encourager ces synergies.»

Suzanne M. Benoît, présidente-directrice générale d’Aéro Montréal.

« Je me réjouis du soutien de DEC au projet Qualia, un appui qui contribuera à la croissance de l’économie locale, régionale et nationale, et à la vitalité des collectivités. Cette aide réaffirme également le rôle que joue le gouvernement du Canada dans le développement des entreprises et organismes innovants d’ici et, par conséquent, dans la croissance de l’économie canadienne. »

Richard Hébert, député de Lac-Saint-Jean et secrétaire parlementaire de la ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations

« Le projet Qualia rejoint les priorités du gouvernement du Canada puisqu’il favorise la croissance et l’évolution d’écosystèmes d’innovation régionaux inclusifs. Il permettra également de soutenir le développement d’une filière forte en favorisant la mobilisation, la croissance et la compétitivité des entreprises de l’industrie du drone. Nous faisons la promotion du développement économique à long terme, et cela bénéficie autant aux organismes et aux entreprises qu’aux communautés. »

L’honorable Navdeep Bains, ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique et ministre responsable de DEC

« La mise en place de ce nouveau centre revêt une importance stratégique pour la région du Saguenay–Lac?Saint?Jean, qui a développé, notamment grâce aux initiatives du CED, une expertise désormais reconnue dans le secteur des drones. Je suis d’ailleurs convaincu que ce projet permettra à notre région de s’imposer davantage sur la scène internationale et qu’il engendrera des retombées économiques considérables ici et partout ailleurs au Québec. »

Éric Girard, député de Lac-Saint-Jean et adjoint parlementaire du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles

« Grâce au Centre de préqualification Qualia, le CED disposera des infrastructures et des équipements nécessaires pour permettre aux entreprises québécoises du secteur des drones civils et commerciaux de figurer parmi les leaders mondiaux. C’est donc avec enthousiasme que nous soutenons cet important projet, qui renforcera la compétitivité d’un domaine clé de l’industrie aérospatiale et dont les applications civiles sont associées à plusieurs secteurs économiques bien implantés au Québec, tels que la sécurité, l’énergie, l’agriculture et les ressources naturelles. »

Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière

 

Fait saillant :

  • Fondé en 2011, le CED offre des infrastructures de calibre international destinées à la conception, à l’essai, à l’application et à l’exploitation de drones civils et commerciaux. Ce centre est implanté sur le site de l’aéroport d’Alma, qui offre une piste asphaltée de 5 000 pieds, un système automatisé d’information météorologique, des systèmes de navigation et d’autres installations permettant les essais de drones. Par ailleurs, le CED a accès à l’une des seules zones au Canada où il est possible d’effectuer des vols de drones hors de portée visuelle.

 

Liens connexes :

Sur le même sujet

  • Drones: l'industrie québécoise veut monter à bord

    3 août 2012

    Drones: l'industrie québécoise veut monter à bord

    (Montréal) Les drones sont promis à un bel avenir. Dans le secteur militaire, l'utilisation de ces appareils sans pilote est déjà en forte croissance. Dans le secteur civil, il leur faudra encore franchir quelques obstacles pour prendre toute la place qui pourrait leur revenir. L'industrie aéronautique québécoise entend bien participer aux deux secteurs. Un drôle d'oiseau a pris son envol à Alma ce printemps, un grand oiseau blanc portant une étrange huppe. Plus bizarre encore, une pellicule dissimulait son regard. Cet oiseau, le Miskam, semblait cependant savoir exactement où il allait. Rien d'étonnant, il était contrôlé à distance. Le Miskam (un mot innu qui veut dire «trouver») est un drone qui a effectué une série de vols au Centre d'excellence des drones (CED), à l'aéroport d'Alma, en vertu d'un programme élaboré par CAE et la société israélienne Aeronautics. «C'est un projet pilote qui permettra de démontrer les applications commerciales des drones», indique Martin Daigle, gestionnaire du projet Miskam chez CAE. Le marché commercial des drones est encore relativement petit. «C'est un marché en devenir, très prometteur», fait toutefois valoir M. Daigle. Les drones permettent d'accomplir des missions très longues, beaucoup trop longues pour un équipage humain. On parle notamment de vols de plus de 24 heures. Ils permettent aussi d'exécuter des tâches redondantes, monotones, comme de surveiller systématiquement un grand territoire sans cligner des yeux, sans céder à la somnolence. Les applications potentielles sont nombreuses: le soutien aux combats contre les incendies de forêt, l'inspection des infrastructures majeures, comme les pipelines, le suivi des changements climatiques, comme l'état des glaces, etc.. Prudence Au Québec, les clients potentiels sont encore prudents par rapport aux drones. «Nous n'utilisons pas ce type de technologie à ce moment-ci, mais nous regardons si ça peut être pertinent pour certaines de nos opérations, comme l'inspection de nos barrages et de nos lignes de transport, déclare un porte-parole d'Hydro-Québec, Louis-Olivier Batty. Nous essayons de voir ses avantages, son potentiel, mais c'est sûr que c'est une technologie qui semble intéressante.» À la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU), on prévoit faire des essais avec un drone à l'issue d'un combat contre un incendie de forêt. Il s'agira de voir si tous les foyers sont bien éteints. «Nous voulons faire voler un drone de nuit, équipé d'un système de thermovision, pour voir s'il reste des points chauds», explique une porte-parole de la SOPFEU, Eloïse Richard. À l'heure actuelle, ce sont des employés de la SOPFEU qui font ce travail, au petit matin, à bord d'un hélicoptère. Il n'est pas question pour l'instant d'utiliser un drone pour combattre les incendies. «Pour les feux, nous aimons l'oeil du pilote, note Mme Richard. Le pilote est capable de nous décrire l'intensité du feu, sa distance.» Du côté du ministère québécois des Ressources naturelles et de la Faune, on s'intéresse moins aux drones, même si les secteurs du territoire et des forêts ont parfois recours à des opérations aériennes, comme faire des relevés. Nicolas Bégin, porte-parole du ministère, indique que le secteur du territoire ne prévoit pas analyser cette technologie prochainement. «Du côté de Forêt Québec, on n'utilise pas d'appareils de cette nature pour les relevés et suivis, déclare-t-il. Il pourrait cependant y avoir un certain intérêt dans un avenir encore difficile à déterminer.» Le Miskam est la version canadienne du drone d'Aeronautics, le Dominator XP, de type MALE (moyenne altitude et longue endurance). Il s'agit en fait d'un avion bimoteur de Diamond modifié et équipé de capteurs. CAE a demandé à une entreprise de Trois-Rivières, Aviatech Services techniques, de faire les travaux d'ingénierie nécessaires pour installer un certain nombre de ces capteurs. Aviatech est spécialisée notamment dans l'intégration de systèmes et dans la conversion d'avions et d'hélicoptères pour des missions spécifiques. «Dans notre travail, il n'y a pas une grande différence entre les appareils avec pilote et les drones, affirme le directeur du développement des affaires d'Aviatech, Normand Landry. La grande différence, c'est que dans le cas d'un drone, il n'y a personne à bord pour voir comment les appareils modifiés vont réagir. Mais il faut respecter les mêmes règles en termes d'aérodynamisme et de structures.» De son côté, CAE fait appel à son expertise en modélisation et en simulation, donc en un environnement synthétique, pour faire l'interprétation des données obtenues par les capteurs. «Il y a des capteurs de plusieurs types, il y a donc un peu une surcharge d'information, explique Martin Daigle. Le but, c'est d'utiliser nos technologies pour combiner tout ça, pour simplifier, pour rendre cela adaptable pour des clients spécifiques.» Il y a toutefois un élément qui ralentit l'utilisation des drones à des fins commerciales au Canada: leur intégration au trafic aérien régulier. À l'heure actuelle, un drone ne peut voler que s'il obtient un certificat d'opérations aériennes spécialisées. Le Miskam a obtenu un tel certificat, mais il s'agit d'un processus plutôt long et compliqué. Transports Canada, la Federation Aviation Administration (FAA) des États-Unis et d'autres organismes de certification sont présentement en train d'étudier une façon d'intégrer les drones. «Nous avons plusieurs séries de clients qui attendent l'autorisation d'avoir recours à des services de type drone», indique M. Daigle. L'intégration des drones n'est cependant pas pour demain, à en croire Normand Landry. «Il y en a encore pour quelques années», laisse-t-il tomber. En attendant, le CED d'Alma veut générer de l'intérêt au sujet de ces appareils sans pilote. Le CED s'est lancé dans l'aventure des drones il y a quelques années. «Nous voulions faire rouler l'économie dans la région, diversifier la base d'emploi, raconte Marc Moffat, gestionnaire de la recherche et du développement pour le CED d'Alma. Ce que nous offrons, ce sont des services pour l'opération de drones à Alma.» Grâce à une entente avec la base des Forces canadiennes de Bagotville, les drones peuvent avoir accès à l'espace aérien de la base, un espace énorme qui s'étale jusqu'au nord du lac Saint-Jean. «Selon les ententes avec Transports Canada et NAV Canada, il faut éviter les villes et les villages», indique M. Moffat. Le projet Miskam a déjà des retombées intéressantes dans la région, avec la présence des équipes de CAE et d'Aviatech. «Pour l'instant, nous avons un seul drone, mais nous sommes à la recherche d'autres opérateurs», déclare M. Moffat. Définition: Selon le Petit Robert, un drone est un petit avion de surveillance, télécommandé ou programmé. Le mot provient d'un terme anglais qui signifie «faux bourdon». http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201208/03/01-4561947-drones-lindustrie-quebecoise-veut-monter-a-bord.php

  • Le CED acquière une station de contrôle mobile

    20 mars 2014

    Le CED acquière une station de contrôle mobile

    Publié le 20 mars 2014 Un investissement de 125 000 $ L'Aéroport d'Alma et son Centre d'excellence sur les drones vont se doter sous peu d'une station de contrôle mobile permettant un meilleur suivi des drones en vol tout en permettant d'augmenter le rayon d'action pour les techniciens en charge de leur surveillance. © France Paradis Présentement, la compagnie CAE, pour son projet Miskam, dispose d'une station double de contrôle qui est fixe dans un petit bunker en bordure de piste. C'est un équipement similaire qui sera installé dans un camion et qui permettra aux techniciens de contrôle des vols de se déplacer sur le territoire pour mieux suivre les appareils en vol. Les élus de Ville d'Alma ont en effet accepté d'apporter une contribution de 50 000 $ pour l'acquisition de cet équipement en prenant notamment connaissance de la lettre d'entente d'Ottawa qui promet une aide de 60 000 $ pour ce projet. Aéroport d'Alma complètera le financement à la hauteur de 15 000 $, permettant ainsi d'acquérir le camion et les modules électroniques au coût de quelque 125 000 $. Lors de l'inauguration du nouveau bâtiment du CED, fin février dernier, le ministre Denis Lebel avait laissé entrevoir qu'il était grandement favorable à la demande de l'Aéroport d'Alma déposée et que la réponse ne se ferait pas attendre. Moins de trois semaines plus tard, la lettre d'entente d'Ottawa a été reçue. « Présentement, CAE utilise de tels équipements qui sont situés dans un bâtiment fixe, près de la piste. Nous, on va disposer d'un petit camion-cube, semblable au véhicule de reportage de Radio-Canada, où on va y loger les équipements électroniques requis, les ordinateurs de contrôle, les systèmes de radio et les antennes de communication », explique Nicol Minier, directeur général de l'Aéroport d'Alma. « « Nous, on va disposer d'un petit camion-cube, semblable au véhicule de reportage de Radio-Canada, où on va y loger les équipements électroniques requis. »» - — Nicol Minier, directeur général de l'Aéroport d'Alma Ce nouvel équipement va appartenir à l'Aéroport d'Alma et sera opéré par le Centre d'excellence sur les drones. Il sera loué aux entreprises qui viendront ici dans la région pour mener des essais sur des drones. Les équipements de base sont généralement utilisés dans le domaine de l'aéronautique et sont facilement configurables pour les besoins de différents types de clients et les systèmes radio sont programmables pour s'adapter très rapidement à la bande utilisée dans la zone où le véhicule sera stationné pour effectuer le contrôle des drones en vol dans un secteur donné comme La Tuque ou St-Ludger-de-Milot, par exemple. Il s'agit donc d'un pas de plus dans la reconnaissance du CED comme leader dans le domaine pour permettre aux entreprises extérieures de venir au Lac-St-Jean mener leurs différents tests tout en profitant des équipements appropriés et des espaces aériens dédiés que le CED peut utiliser à des fins de vols sans pilote.— ‍

  • La 7e compétition étudiante de Unmanned Systems Canada aura lieu à Alma

    17 septembre 2014

    La 7e compétition étudiante de Unmanned Systems Canada aura lieu à Alma

    The format of the competition is designed to be an equal challenge for both fixed wing and rotary wing aircrafts. Scenario: The scenario for this competition combines real life problems encountered by the agriculture, oil and gas and mining industries. The authorities of a remote Canadian village have contacted your team because there has been a significant leakage of oil products following a train derailment. Some of the containers exploded bringing down a few buildings. The authorities need assistance to evaluate the damage caused to nearby agricultural fields and infrastructure, to assess the magnitude of the clean-up effort and to record evidence for insurance purposes. Your mission is to use your UAS to survey the accident area and surrounding fields. You will be required to identify the percentage of the field that has been contaminated and to map it. You are to make an inventory of all structures that are located in the disaster area and determine if they have been damaged or not. For the damaged structures, you will are required to locate them and estimate the volume of debris in some cases so that appropriate machinery can be ordered to remove it. You are requested to take pictures of the remaining train containers and attempt to identify their types by reading the codes written on them. If you find any immobilized people in the area, you are required to report their location and provide a close-up picture of them so that emergency actions may be initiated. Your team will be rewarded according to the results contained in the surveillance report that you will submit within one hour of each flight. Points will be attributed according to the Judging Guide. Your report will be judged on the following results: - Accuracy of the estimated surface area of the affected fields and their geo-locations. For the purposes of the challenge, the affected crop will be detectable with a regular daylight camera. - Correct identification, categorization and geo-location of undamaged and damaged structures found in the disaster area. - Accuracy of the estimated volume occupied by the structure debris pile. - Correct identification of container types and their geo-location. - Correct identification and condition of any person in the disaster area. For an example on how photogrammetric methods can be used in to calculate volumes, please seehttp://www.simactive.com/en/uav . The competition takes place in two phases with a Phase I design report from each team due janvier 11th 2015 and Phase II, operational demonstration, mai 1-3rd 2015 in Alma, Québec.  Teams will be graded on the quality and completeness of their design report and the results of the demonstrations – there will be separate prizes for each phase. For more details, see the attached operational concept draft. Purpose of the Competition The purpose of the competition is to promote and develop Canadian expertise and experience in unmanned systems technologies at the university and college levels. Even small scale unmanned vehicles are complex systems requiring a well planned and executed design approach.  In addition, safety considerations are important factors in this competition as in any other vehicle design project. Eligibility The competitors must be registered full time in a recognized Canadian university or college.  Teams may be organized internally at the discretion of their respective members. Application and Registration Interested teams should fill the attached registration form and send it by email to competition@unmannedsystems.ca. To complete registration, each team is asked for a registration fee of $200. Payment can be made by cheque addressed to and sent to Unmanned Systems Canada or by credit card by contacting Robert Kendall, Executive Director of Unmanned Systems Canada at 1.613.435.0935. Upon completion of the registration, teams will have access to additional competition information at www.unmannedsystems.ca Competition Website and Email All relevant competition documents and information will be located on the competition website (www.unmannedsystems.ca ). Check the competition website regularly for updates. All questions should be addressed to: competition@unmannedsystems.ca   Registration Deadline: 17th octobre 2014 (Note: Important Competition Information only available after full registration)  Paper Design Submission: janvier 11th 2015 Flight Demonstration: mai 1-3rd 2015 in Alma, Québec.   Charles Vidal Student competition chairman Unmanned Systems Canada Systèmes télécommandés Canada   +1.514.679.9427 charles.vidal@unmannedsystems.ca www.unmannedsystems.ca

Toutes les nouvelles